•  La manière la plus écologique et économique de répondre aux besoins d'élimination de son enfant mais pas seulement...

     L'hygiène naturelle infantile   L'hygiène naturelle infantile   L'hygiène naturelle infantile

    L'Hygiène Naturelle infantile (HNI, ou Elimination Communication EC) part finalement de ce principe simple : un bébé est capable de communiquer avec ses parents sur ses besoins d'élimination comme sur sa faim ou sa fatigue.

     

    L'HNI n'a rien à voir avec un quelconque apprentissage précoce de la "propreté" (ou plutôt continence) C'est simplement un moyen de répondre aux besoins de son enfant.

    Pour la petite histoire, autrefois les bébés étaient souvent un peu forcés à être sur le pot comme un apprentissage, alors qu'ils ne peuvent pas se retenir, leurs sphincters n'étant pas à maturation avant plus ou moins 18 mois. A la fin du XXe siècle, un pédiatre, le Dc. Brazelton a révélé cette information aux parents : cette intention contre le "dressage au pot" était certes louable, mais ce pédiatre travaillait aussi pour Pampers, et suggérait donc aux parents de mettre des couches jetables à leur bébé jusqu'à la maitrise totale des sphincters. La tendance depuis cette époque est donc de laisser bébé avec ses couches jusqu'à 2 ans ou 2 ans et demi minimum... Marketing quand tu nous tiens...

    L'hygiène naturelle infantileL'hygiène naturelle infantile

    Mais cette histoire de sphincters est un peu plus subtile que cela, car les parents pratiquant l'HNI peuvent les stimuler pour inciter leur bébé à se détendre et uriner.

    Enfin, mener progressivement bébé vers la continence en respectant son rythme et en le familiarisant (dès la naissance ou progressivement) à une élimination en dehors des couches facilitera forcément la chose plutôt que du jour au lendemain lui dire : "tiens tu vas apprendre à être propre (tu étais sale avant...) voici un pot!" D'ailleurs personnellement je trouve ça étrange.

     

    L'HNI se base sur 4 choses:

    - reconnaitre les signes et le langage de bébé qui par là indique qu'il a besoin d'éliminer : concentration, gesticulation, son, signe, etc... (cela dépend bien sûr des bébés, chacun a son langage)

    - observer les rythmes de l'enfant : à quel moment en général fait-il ses besoins (après la sieste, avant, pendant, après manger, etc...)

    - l'intuition des parents, qui arrivent à proposer le pot avant que l'enfant ne le demande (apparemment cela se développe avec l'habitude de l'HNI)

    - l'incitation de bébé à éliminer : par des sons "ppsssssss" par exemple...

     

    Personnellement :

    Certes je ne pratique pas l'HNI à temps plein ; bébé est en couches lavables. Je suis d'ailleurs admirative des parents qui se lancent dans cette aventure à plein temps (en même temps 60% de l'humanité se débrouille très bien sans couches). Mais quand je vois qu'elle se concentre pour faire caca (facile à repérer, surtout depuis la diversification alimentaire) pourquoi je la laisserais se faire sur elle-même? Mettons-nous à leur place : vous préférez aller faire vos besoins aux toilettes non? Pourquoi cela serait-il différent pour bébé?

    L'hygiène naturelle infantile

    Je loupe rarement un caca (enfin depuis la diversification...), et pour les pipis, je lui propose le pot aux réveils (matin et siestes, énormes pipis assurés), ainsi qu'au change éventuellement, si je vois qu'elle peut être réceptive ou qu'elle n'a pas beaucoup uriné dans sa couche. Pour l'inviter à se détendre, mon truc c'est de lui siffler "au clair de la lune". Elle connait bien maintenant ce signal et si elle a suffisamment envie, elle se concentre et se relâche ; quand elle n'a pas envie, ben elle n'a pas envie, ça se voit de suite de toute façon et je lui change juste sa couche.

     

    Est-ce économique? Ecologique?

    Entre un enfant qui utilisera des milliers de couches de la naissance à la propreté (et le coût qui va avec) et un qui n'en utilisera pas ou quasiment pas, je pense que ce n'est limite pas la peine de poser la question, même si HNI ne signifie pas zéro dépensesCependant les parents qui pratiquent l'HNI à temps plein ou partiel ne le font pas en premier lieu pour ces raisons, mais pour établir une relation, communication particulière avec leur enfant.

     

    Plus d'informations sur l'HNI :

    Vous pouvez trouver plus d'infos sur divers blogs de parents qui ont pratiqué l'HNI à temps plein et qui partagent leur expérience :

    - Ecopitchoun

    - Bidoudavril

    - Matteovoyage

    - Bébécouchelibéré

    - Renaissance Romane

    Et sûrement d'autres encore...

     

    Ça y est les couches (lavables, hein) c'est complètement fini!

    Ça y est bébé est continent de jour ET de nuit! De jour depuis un mois et demi au moins, même pour les sorties et la sieste, et de nuit depuis 3 semaines. Elle va avoir 21 mois demain... Et elle demande toute seule le pot (elle court vers le pot et me le montre quand l'envie lui vient).

    Elle n'est pas du tout traumatisée (enfin ce sont vraiment les théories c****** des pédiatres ça) et est très fière d'avoir des culottes comme maman, comme les grands.

    Bref "l'apprentissage" de la "propreté" à 2-3 ans, faudra m'expliquer...................................

     

     source des dessins : http://vgmama.canalblog.com/

     


    votre commentaire
  •  Efficacité 72H? Vous avez vraiment besoin de ne pas vous laver pendant 3 jours??

    Blague à part, tout le monde est informé depuis un bon moment maintenant sur les dangers des anti-transpirants qui contiennent des sels d'aluminium. Non? Alors petite piqûre de rappel ICI. Et l'AFFSAPS a encore récemment, en 2011, mis en garde contre l'utilisation de l'aluminium dans les cosmétiques.

    Depuis que je sais qu'il est incriminé dans le développement du cancer du sein, j'ai arrêté les anti-transpirants pour ne choisir que les déodorants (moi je me lave tous les jours ). En outre, les femmes sont souvent plus exposées à l'aluminium dans les anti-transpirants, car il pénètre plus facilement dans le corps dans le cas de peaux lésées (rasage, épilation). Certes, le déodorant ne traite que les odeurs mais n'empêche pas forcément les disgracieuses auréoles, enfin entre une risque de cancer du sein et un risque d'auréoles, perso j'ai vite choisi.

    Bon, c'est bien, mais les déodorants billes, sticks,... (comme les anti-transpirants d'ailleurs) ça fait aussi encore plein d'emballages en plastique. Sachant qu'il se vend 111 flacons chaque seconde dans le monde, bonjour les déchets... :

     

    Comme pour les shampooings solides, les déodorants solides (et sans emballages) que je vais vous présenter ci-dessous ont plusieurs avantages :

    - disparition des bouteilles en plastique et aérosols

    - un rapport qualité/prix/durabilité imbatable

    - un encombrement minimal dans la trousse de toilette (certes selon les cas)

    - le petit + du côté solide, il s'emporte en bagage cabine dans l'avion

     

    Il existe trois solutions à ma connaissance :

    Les déodorants solides & sans emballages

     

    La pierre d'alun (par exemple de la marque Karawan qui la propose sous diverses formes)

     

     

     Les déodorants solides & sans emballages

     

    Déodorant solide Lush Aromaco ou Téo

     

     

      Les déodorants solides & sans emballages

    Faire soi-même : diverses recettes sur des blogs sur le net (par exemple ICI, qui a l'air assez simple)

     

     

    Mon avis personnel

    Pour moi, la pierre d'alun ne fonctionne pas terrible, mais pour certaines personnes si, donc c'est subjectif. Elle a l'avantage aussi d'aider à la cicatrisation des lésions dûes à l'épilation ou au rasage, ce qui peut être un plus. Cependant, elle est inodore, ça plait ou non...

    J'ai adopté Aromaco de Lush. Après analyse de la composition (j'ai cherché la fiche des ingrédients sur le Flacon), aucun risque de toxicité quelconque (rien de kkbeurk), donc c'est déjà un point très positif. Pour ceux qui préfèrent un déodorant parfumé, contrairement à la pierre d'alun, celui là a une odeur de patchouli très agréable. Et Téo a une odeur d'agrumes. Aromaco est vendu à la coupe par 100g mais il a l'avantage de pouvoir être recoupé à la maison : j'en garde un bout dans le papier d'emballage dans un tiroir, et je transporte l'autre dans une petite boite hermétique pour pas qu'il ne sèche. Je l'humidifie un peu, puis le passe sous les aisselles et voilà. Côté efficacité, pas de soucis non plus.

    Je n'ai pas testé de faire moi-même un déodorant solide donc je ne pourrais pas trop vous renseigner, mais les bloggeurs qui proposent des recettes sont très contents de leur efficacité apparemment.

      

    Bon, et est-ce économique?

    OUI

    Aromaco et la pierre d'Alun coûtent 7€ les 100g. Je n'ai jamais regardé combien de temps il dure exactement, mais vraiment plusieurs mois sans soucis. Je pense que j'en utilise environ 2 par an, pour une application quotidienne. Je viens d'entammer un nouveau Aromaco le 1er juin, donc je vous tiendrai au courant dans cet article dans les mois qui viennent.

    [ --> Edit du 12/05/2014 : en fait je n'utilise qu'un seul par an... Je viens de finir aujourd'hui celui que j'avais commencé le 01/06/2013...]

    Les déodorants sticks, bille ou spray du commerce coûtent entre 3 et 6€ pour 30 à 50 mL (pour les marques classiques, mis à part les marques super discount). Je pense que vous utilisez bien plus que 1 à 2 par an non?

     

    Et côté écologie?

    Ces déodorants solides sont donc sans emballage (ou juste un papier...), pas de bouteilles ou aérosols qui partent encore et encore aux déchets ménagers. Donc, côté écologie on ne peut pas faire mieux!

     

     


    1 commentaire
  • Butyl 4-hydroxybenzoate, formaldéhyde, triethanolamine, etc... ou apprendre à lire le "chimois"

    Difficile d'arriver à comprendre quelque chose quand on regarde la liste des ingrédients de ses produits cosmétiques sans être un expert en chimie... Et quand on voit la quantité de ces composants, on est vite découragé de se lancer dans l'analyse de tout ça.

    On pourrait pourtant se poser trois questions :

    - Quels sont ces ingrédients? Sont-ils nocifs?

    - Quelle en est la quantité dans mon produit?

    - Pourrait-il y avoir un risque d'effet cocktail?

     

    Quels sont ces ingrédients? Sont-ils nocifs?

    Si on n'est pas un ermite et qu'on ne vit pas sans journaux, télé ou internet, on a tous déjà entendu parler des parabens dans les gels douches, des sels d'aluminium dans les déodorants, plus récemment du phénoxyéthanol dans les lingettes pour bébé, ou autres produits de ce genre qui seraient nocifs pour la santé. Un problème supplémentaire est que même en lisant une composition, un paraben peut être caché derrière un nom scientifique, ou un aluminium peut ne pas être nocif.

    Alors comment s'y retrouver dans tout ce charabia?

    Il n'y a pas 36 solutions. Soit on fait des études de chimie et médecine pendant des dizaines d'années, soit on essaye de s'informer un minimum par soi-même. Il existe des publications sur le sujet, par exemple ce livre. Ou, puisque vous êtes en train de me lire, je suppose que vous avez accès à internet, donc pourquoi ne pas utiliser aussi ce moyen? Des dizaines de blogs et sites traitent de ces problèmes, par exemple celui-ci ou celui-là. Mais il existe aussi des sites sur lesquels on peut directement chercher son produit cosmétique et accéder à son évaluation de dangerosité pour la santé. On peut citer par exemple Le flacon ou La vérité sur les cosmétiques. Le flacon est un site participatif qui répertorie 1491 produits de 413 marques totalisant 2658 ingrédients.

    CET ARTICLE aussi résume très bien les différents types d'ingrédients composants un produit cosmétique, dont ceux qu'il faut éviter.

     

    Quelle en est la quantité dans mon produit?

    Normalement, dans la composition, les ingrédients sont notés de la plus grande concentration à la plus petite. Bien sûr, on ne peut pas savoir les pourcentages exacts. Les fabriquants assurent toujours pour les ingrédients à risque qu'ils sont en quantité "autorisée"... Mais ce qui rejoint la question suivante :

      

    Pourrait-il y avoir un risque d'effet cocktail ?

    C'est justement là que réside le soucis. La quantité d'un ingrédient X, règlementaire pour un produit A, pourrait très bien s'ajouter à celle contenue dans un produit B qu'on utilise aussi. De plus, quelle garantie avons-nous que combiné à un ingrédient Y du produit B, cela ne produise pas des effets indésirables dans notre organisme, à court, moyen ou long terme?... Sans oublier, la répétition de l'utilisation du produit et le stockage par notre corps ou non de certains ingrédients.

      

    QUE FAIRE?

    Privilégier les produits bio peut déjà aider à faire un peu de ménage dans tout ça...

    Mais ATTENTION, un produit estampillé bio ne signifie pas qu'on n'y trouvera pas de conservateur nocif (voir aussi cet article sur Le Flacon). Sans parler du "greenwashing" : des marques non bio essayent parfois d'attirer notre attention sur leurs produits avec des coloris verts, des petites fleurs et des slogans type "100% naturel"!

     

    Il existe plusieurs types de labels bio qui peuvent nous aider à faire un peu de tri, dont voici les définitions (issu de l'article de l'AREHN sur la face cachée de cosmétiques) :

     " ECOCERT

    Ecocert est un organisme de contrôle et de certification (pour 80 % des produits biologiques) agréé par l'Institut National de l'Origine et de la Qualité et accrédité par le COFRAC (Comité Français d'Accréditation)) qui exige indépendance, compétence et impartialité.
    Ecocert s’appuie sur un référentiel technique déposé en 2003 auprès du Ministère de l’industrie. Écocert peut certifier le respect de toutes chartes de cosmétiques biologiques, mais on retrouve principalement sa marque sur les produits labellisés Cosmébio et Cosméco. Qualité France est un référentiel proche de Ecocert.

    Le référentiel Ecocert repose sur des principes de base :

    • Favorise l’origine naturelle des matières premières.
    • Favorise l’utilisation des ingrédients issus de l’agriculture biologique.
    • Sans colorant ou parfum de synthèse.   
    • Sans PEG ou PPG.
    • Sans paraben, sans phénoxéthanol.
    • Sans silicone, sans paraffine.
    • Sans OGM.
    • Conditionné avec des emballages réduits et écologiques.
    • Non testé sur les animaux.
    • Transparence et respect de l’information pour les consommateurs.


    COSMEBIO

    Le label français Cosmébio désigne un cosmétique écologique et biologique, contrôlé par une association de fabricants de produits cosmétiques, en association avec Écocert.
    En plus des exigences générales du référentiel Écocert, la charte Cosmébio impose que le produit cosmétique fini soit composé de :
    - 95 %* d'ingrédients naturels ou d'origine naturelle dont 10 % minimum issus de l'agriculture biologique.
    - 5 % d'ingrédients issus de la synthèse sont autorisés
    - 95 % minimum des ingrédients végétaux doivent être certifiés bio.


    COSMEBIO "ECO"

    Label Cosmébio "ECO" pour les produits écologiques : moins exigeant, certifie que 95 %*des ingrédients du produit sont naturels ou d’origine naturelle et qu’au moins 50 % des végétaux de la composition sont issus de l’agriculture biologique et qu’un minimum de 5 % des ingrédients du produit fini sont biologiques.
    *L’eau, ingrédient principal des cosmétiques (entre 50 à 80 %) est comprise dans l’ensemble des ingrédients mais n’est pas certifiable (produit naturel par définition) ce qui signifie qu’un cométique ne contient que 20 à 50 % de produits certifiables.



    LA CHARTE BDIH

    Née en1996, en Allemagne, la charte BDIH est la première en Europe à avoir labellisé les "produits naturels".
    Elle garantit :
    - Sans produits issus de la pétrochimie.
    - Sans colorants ou parfums de synthèse.
    - Sans bases lavantes ou émulsifiants éthoxiliés.
    - Sans irradiation.
    - Sans OGM.
    - Pas d’utilisation de matières premières d'origine animale, sauf issus de l'animal vivant (ex: lanoline).
    - Pas d’utilisation de blanc de baleine ou collagène animal.
    - Aucun test sur les animaux.



    AGRICULTURE BIOLOGIQUE

    Le logo pour l’agriculture biologique en France ou le logo européen pour l’agriculture biologique, propriété du Ministère de l’Agriculture, permettent aux consommateurs d’identifier les produits alimentaires composés d’au moins 95 % d’ingrédients issus de l’agriculture biologique (mettant en œuvre des pratiques agronomiques et d’élevage respectueuses de l’environnement, de l’équilibre naturel et du bien-être animal. Pour les cosmétiques, ce logo est réservé aux huiles essentielles et aux huiles végétales."

     

     


    votre commentaire
  • Vous avez vraiment envie de dépenser 2000 € dans des protections périodiques???

    OUI, vous m'avez bien lue. En effet, c'est à peu près ce que vous dépenserez dans votre vie de femme, soit pour entre 10000 et 15000 protections. Comme toujours, on ne fait pas le calcul évidemment, on achète (et jette) au fur et à mesure sans se rendre compte et surtout : on est très mal informé!!

    Quand je pense à tout cet argent que j'ai jeté par la fenêtre et protections dans les déchets ménagers et égouts pendant toutes ces années (sans parler des emballages), en pensant qu'il n'y avait pas d'autres solutions de toutes façons, ça me dégoûte... Et s'il n'y avait que moi en plus, mais nous sommes des milliards de femmes à le faire!

    De plus, je vous passe le côté "cocktail de produits toxiques" (aluminium, parfums, hydrocarbures, résidus de pesticides, de chlore, etc...), vous trouverez un article sur ConsoGlobe ICI. Je vous conseille vivement de le lire! Et n'oublions pas que les serviettes et tampons sont en contact avec nos muqueuses intimes, et donc par là tout passe très facilement dans notre corps et notre sang.

     

    Enfin bref, sans tampons ni serviettes, comment fait-on???

    Rien d'insurmontable! 3 solutions existent, qui sont autant écologiques qu'économiques :

    - les serviettes lavables

    - les coupes menstruelles

    - les éponges naturelles

    Je me pencherai dans ce propos sur les coupes menstruelles, qui est une alternative aux serviettes ET aux tampons.

     Les coupes menstruelles

    Qu'est-ce qu'une coupe menstruelle?

    Il s'agit d'une petite coupelle en plastique souple que l'on insère comme un tampon. Pas de panique : il existe diverses techniques de pliages bien sûr pour l'insertion. Donc, une fois insérée, la coupe n'absorbe pas le sang mais le recueille, ce qui de plus est moins irritant et moins asséchant pour les muqueuses. Pour l'enlever, on pince la base (pour annuler l'effet ventouse) et on vide le sang recueilli. On la nettoie et on la rince (lavabo ou petit bouteille d'eau) et on la réinsère.

    J'en vois déjà qui font : BEURK  !

    Petite question : je pense qu'il vous est déjà arrivé de vous couper, ou de saigner du nez, est-ce qu'il vous est venu à l'esprit de dire "beurk"? Les menstruations, ce n'est que du sang, c'est certes tachant, mais il n'y a rien de sale à celà. Cette apriori nous a été inculqué par les publicités qui montrent des serviettes blanches immaculées et ce petit liquide bleu qui remplace le sang... Du coup, on en vient même à avoir honte d'avoir ses règles (qui n'a jamais ressenti celà?)...

    Voici une vidéo de démonstration pour la Mooncup:

     

    Avantages de la coupe menstruelle :

    - ECONOMIQUE : 2 à 3 coupes pour toute sa vie de femme (durée de vie de +-10 ans), à 15-25€ la coupe selon les marques ; contre plus de 2000€ de serviettes et tampons... No comment!!

    - ECOLOGIQUE : idem, 2 ou 3 coupes, contre des milliers de serviettes et tampons aux déchets (10000 à 15000)...

    - PRATIQUE : pas besoin de stocker dans son sac ou ses placards serviettes et tampons, pas de détours au supermarché pour en racheter

    - CONFORTABLE : comme un tampon, on ne la ressent pas, avec le fil en moins qui dépasse.

    - "GAIN DE TEMPS" : grâce à leur capacité à recueillir plus de liquide que les serviettes et tampons, et le fait qu'elles ne risquent pas de nous irriter, la coupe menstruelle se vide moins souvent que ne se changent les tampons ou serviettes : 2 à 3 fois par jour suffisent (matin, midi et/ou soir ; toutes les 12h minimum)

     Les coupes menstruelles

    Inconvénients de la coupe menstruelle :

    - PEU PRATIQUE EN SORTIE : on lui reproche souvent le "mais dans les toilettes publiques, on fait comment?". Comme je mentionnais ci-dessus, sans lavabo dans les toilettes mêmes, on peut essuyer la coupe avec du papier toilette, ou la rincer avec une petite bouteille d'eau. En même temps ce problème ne se pose pas forcément tant que ça, puisqu'on vide la coupe que 2 à 3 fois par jour... Au lever et au coucher, on est en général chez soi, donc il reste éventuellement le midi à gérer, pour les jours de pertes abondantes.

    - ETRE A L'AISE AVEC SON INTIMITE : cela dépendra des caractères des personnes. Cependant en étant déjà habituée aux tampons, ce n'est pas particulièrement différent...

    - PRENDRE LE COUP DE MAIN : pour la plier, l'insérer, la retirer. Il peut falloir quelques cycles pour maitriser, selon les personnes encore, mais au regard des avantages de la coupe, il suffit d'un peu de persévérance...

     

    Où en acheter?

    Dans des magasins bio, certaines pharmacies,... ou en ligne sur les sites de produits bio ou sur les sites en ligne des marques de coupes.

    Vous pouvez trouver un magasin près de chez vous en vous rendant sur CETTE PAGE.

    J'ai personnellement acheté la Meluna Soft sur Brindilles ; j'ai vu qu'ils en avaient bien sûr aussi à mon magasin écolo de Prague  (pour celles qui y habitent...).

     

    Pourquoi je n'en ai pas entendu parler plus tôt......... ?

    Je n'aurai pas de réponses à cela. Peut-être les lobbys... 2000€ contre 45€, les femmes auront intérêt à continuer d'utiliser tampons et serviettes...

    De plus, il n'y pas tellement de publicité en France autour des coupes menstruelles, surtout à la télévision, je n'en ai jamais vu ; mais elles sont plus développées dans d'autres pays. Voici une pub anglaise pour la Mooncup façon rap battle  :

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires