• On ne peut pas faire plus simple...

     Ou pas... : utiliser des produits naturels purs

    Pourquoi utiliser des produits naturels purs? On pourrait dire que c'est la méthode un peu flemmarde pour pas avoir à apprendre à lire les étiquettes, en même temps vous aurez bien à apprendre les propriétés des produits purs pour les utiliser... Je vous recommanderais donc de vous pencher sur ce qu'on appelle la slow cosmétique (sur internet ou avec des livres) ou prendre conseils auprès de spécialistes comme les naturopathes ou dans les boutiques type AromaZone.

     

     

     

    Utiliser des produits naturels purs, c'est PLUS EFFICACE et PLUS SAIN

    Dans les produits cosmétiques, comme je vous l'ai déjà expliqué dans un autre article, quand vous lisez la composition, les ingrédients sont indiqués de la plus grande à la plus petite concentration. Si vous comparez quelques produits, vous vous rendrez très vite compte qu'en général les 5 premiers composants sont des ingrédients du type eau, glycérine, silicones ou dérivés de pétrole. A cela, vous ajoutez des agents de texture, des émulsifiants, des conservateurs, etc etc... Les actifs ne sont au final qu'un faible pourcentage du produit.

    Donc, en toute logique, si vous utilisez un actif pur (par exemple une huile végétale), vous profiterez à 100% de ses propriétés, et non pas à 5%...

    De plus, en utilisant un produit sans ingrédient potentiellement dangereux ou polémique, cela est bien sûr plus sain pour vous et votre peau.

     

    Utiliser des produits naturels purs, c'est plus ECOLOGIQUE

    Comme vous avez pu le voir dans la vidéo ci-dessus, en utilisant un produit naturel pur, vous limitez la pollution. Par exemple les silicones, qui sont très souvent présentes dans les compositions des cosmétiques, mettent plus de 500 ans à se dégrader dans la nature...

    De plus, en achetant pour vous-même un produit pur, vous ne favorisez pas l'industrie des cosmétiques qui est une industrie polluante. Pensez à ce que représente la fabrication d'un produit cosmétique : elle nécessite des ingrédients produits synthétiquement, des dérivés de pétrole, et ce nombre interminable d'ingrédients, chacun importés de part et d'autre de la planète, contribue de fait à la pollution mondiale...

    Sans oublier que l'industrie des cosmétiques teste presque toujours ses produits sur les animaux...

     

    Utiliser des produits naturels purs, c'est (très souvent) plus ECONOMIQUE

    Je vais maintenant ci-dessous vous présenter des exemples d'utilisation de produits purs avec, entre autres, leurs avantages économiques :

     

    La prévention des vergetures pendant la grossesse

    Ou pas... : utiliser des produits purs

    En fait, j'ai commencé à me pencher sur la question pendant ma grossesse. Ayant une peau "à vergetures" et avec l'exemple de ma mère (elle sera contente de s'y reconnaitre ...), je me suis dit que j'étais bien partie pour jeter mes maillots de bain 2 pièces après la grossesse (snif ). En même temps je n'avais pas envie de me barbouiller le bide avec des crèmes bourrées d'additifs, conservateurs et autres cochonneries et qui coûtent bonbon  ; donc je me suis dit : et pourquoi ne pas utiliser des produits purs (et bio), genre beurre de karité pour hydrater ma peau?

    Ou pas... : utiliser des produits naturels purs

    En faisant des petites recherches sur internet, j'ai découvert l'existence de la boutique Aroma-Zone et m'y suis rendue. D'après les conseils des vendeuses, j'ai acheté 3 berlingots d'huiles végétales bio adaptées à la prévention des vergetures (argan, rose musquée du Chili et calophylle), ainsi que du beurre de karité pur bio. J'ai mélangé les 3 huiles dans un petit flacon spray. Et chaque soir pendant toute la grossesse, je faisais un ou deux pschit d'huile puis massait le ventre avec une grosse noisette de beurre de karité. J'ai un peu bousillé 2 ou 3 vieux t-shirts comme chemise de nuit (le beurre ne partant plus au lavage à force...), mais je n'ai rien eu au final (ou à peine quelques marques transparentes ; il faut savoir qu'elles sont là pour les voir...). Il faut quand même préciser que je n'avais aussi pris "que" 13kg (1,5kg/mois très progressivement); mon gynéco m'avait dit : "il faut manger 2 fois mieux et non pas 2 fois plus!". Bref, j'ai continué à manger normalement, ça a joué aussi, forcément.

    Ou pas... : utiliser des produits naturels purs

     Regardons le côté ECONOMIQUE de ces produits :

    - berlingot HV rose musquée du Chili bio 10 mL : 1,5€

    - berlingot HV argan bio 10 mL : 1,75€

    - berlingot HV calophylle bio 10 mL : 1,75€

    - beurre de karité pur bio 500 mL : 15€ 

    TOTAL = 20€

     

    Il m'est même resté un peu de mon mélange d'huiles végétales après 9 mois d'utilisation quotidienne, ainsi qu'une bonne partie de mon beurre de karité qui pourra me resservir pour d'autres utilisations cosmétiques...

    Pour des crèmes de prévention des vergetures de marques cosmétiques ou pharmaceutiques, les prix sont autour de 20€ les 200 mL, mais peuvent aller de 10 à 50€ les 200 mL. Pour la majorité des marques on arrive donc plus ou moins au même prix que mon système HV + beurre de Karité. Sauf que cela n'est que pour du 200 mL (un peu juste pour 9 mois, il faut très certainement compter au moins deux tubes...), et pas forcément du bio! Sans oublier comme je disais ci-dessus, avec ces crèmes cosmétiques classiques vous ne profiterez que très peu des actifs puisqu'elles sont, comme je le disais plus haut, en majorité composées d'eau, silicones, agents de textures, conservateurs, etc etc...

     

    Le démaquillage et nettoyage de la peau

    Pour enlever le maquillage et se nettoyer le visage avec des produits purs, il suffit d'appliquer la méthode du nettoyage à la japonaise (appelé aussi layering ou millefeuille) : le démaquillage à l'huile.

     Le principe est très simple, il se présente en 3 étapes :

    - HUILE VEGETALE pure (massage aux doigts, éponge, lingette lavable,...) pour soulever le maquillage (même waterproof), la saleté, le gras,...

    - SAVON "sans savon" bio ou Rhassoul ou argile + eau : nettoyage des restes d'huile et de saleté

    - HYDROLAT pur (lingette lavable, coton lavable,...) pour parfaire le nettoyage et enlever les résidus de calcaire de l'eau

    Ces 3 produits doivent être bien sûr adaptés à votre peau. Les HUILES VEGETALES souvent conseillées sont l'huile de noyaux d'abricot (tout type de peau), l'huile de jojoba (tout type de peau, mais particulièrement pour les peaux mixtes à grasses) et l'huile d'amande douce (tout type de peau, mais particulièrement pour les peaux sèches).

    Pour le SAVON "sans savon", vous pouvez vous tourner vers des pains dermatologiques bio sans savon (assez rares), sinon il existe des gels nettoyants sans savon, mais comme j'ai une petite tendance à préférer les produits sans trop d'emballages et plutôt purs, je vous recommanderais donc plutôt le rhassoul ou l'argile pour la 2e étape. En même temps cette étape peut être facultative si vous êtes peu maquillée ou peu sale, et vous pourriez directement passer à l'étape suivante.

    Pour l'étape 3, les HYDROLATS les plus souvent recommandés sont l'hydrolat de lavande ou de camomille, mais il en existe plein d'autres, chacun ayant plusieurs propriétés. Vous en trouverez très certainement un adapté exactement à votre type de peau. Il remplace ce qu'on appelle en cosmétique classique le tonique.

     

     Ce que j'ai acheté personnellement chez Aroma-Zone :

    - HV d'abricot non bio: 9,2€ les 250mL (36,8€/L)

    - argile ou rhassoul : 3,5€ à 5,5€ les 500g

    - hydrolat de lavande bio : 3,9€ les 200mL (19,5€/L)

     

    Sachant que dans le commerce, vous trouverez parmi les cosmétiques classiques (du super-discount aux grandes marques):

    - eaux ou laits démaquillants : entre 8 et 37€/L, en général autour de 20-30€/L

    - gels nettoyants : entre 20 et 47€/L, en général autour de 30-40€/L

    - toniques : entre 8 et 35€/L, en général autour de 20-25€/L

    Vous voyez de suite qu'en associant un gel + un tonique, ou un lait + un tonique, ou un gel + une eau pour les yeux, par exemple, cela revient plus cher que ma solution HV + rhassoul ou argile + hydrolat. Ensuite si vous vous tournez plutôt vers les HV d'amande douce, abricot ou jojoba bio, elles sont par contre plus chères (entre 58 et 80€/L) ; chez Aroma-Zone en tout cas, je n'ai pas cherché chez d'autres marques. Enfin les grandes marques classiques citées ci-dessus ne sont pas bio non plus et les équivalents de gels, laits et toniques en bio seront aussi plus chers...

    En outre, je laisse de côté les lingettes imprégnées qui sont un non-sens écologique et économique de toute façon...

     

    Crème "hydratante", crème de jour, crème de nuit, etc...

    Les crèmes cosmétiques, on en trouve pour tous les goûts (et bourses...) mais notre peau en a t'elle véritablement besoin? Pour savoir par exemple si on a besoin d'une crème "hydratante", il suffit après son nettoyage de peau (voir ci-dessus) de ne rien mettre et voir alors si notre peau tiraille ou donne une sensation inconfortable. Si c'est le cas, alors de quoi a t'elle besoin? La vidéo ci-dessous va vous l'expliquer :

    Hé oui, nous n'avons en fait juste besoin que d'une huile végétale pure! Il en existe pour tous les types de peau. Certaines peuvent avoir aussi des propriétés anti-âge, cicatrisantes, adoucissantes, etc... Contrairement aux idées préconçues, l'huile végétale ne vous laissera pas forcément un visage gras, la plupart des Ou pas... : utiliser des produits naturels purshuiles donnent un toucher sec.

    Donc, à la place d'une crème de jour "hydratante", j'ai personnellement opté pour l'huile de Jojoba  ; elle est très souvent conseillée pour cet usage, car elle a comme particularité d'avoir une composition chimique naturelle très proche de notre sébum humain, ce qui permet donc entre autre de le réguler (idéal pour des peaux mixtes ou grasses, mais pour les autres aussi). Une pression dans le creux de la main, et comme le conseille ci-dessus dans la vidéo Julien Kaibeck, on chauffe l'huile entre nos paumes puis on l'applique sur le visage. Côté efficacité, rien à redire!

     

    Pour faire votre choix, renseignez-vous auprès des boutiques type AromaZone, ou faites vous offrir par exemple un petit livre sur les huiles végétales. Vous pouvez utiliser l'huile en crème de jour ou en crème de nuit bien sûr aussi.

    Concernant le budget, le prix des huiles végétales pures est très variable. Mon huile de Jojoba BIO fait partie des huiles considérées comme chères, elle vaut 9,9€ les 100mL (99€/L) chez AromaZone (pas cherché ailleurs pour l'instant) ; ils la vendent aussi au litre à 59€/L (si vous voulez vous la repartager entre copines ou famille...). Enfin bref, vous pouvez trouver des huiles végétales moins chères aussi.

    Mais au fait, combien coûtent les crèmes hydratantes du commerce??? Après comparaison, que ce soit du bio ou du non bio, les crèmes cosmétiques "classiques" coûtent entre 20€ et 1000€/L (oui oui! je n'ai pas mis de 0 en trop, cela concerne bien sûr Dior, Chanel, Clinique, etc...), la majorité des crèmes (marques classiques type Garnier, Nivéa, L'Oréal,...) coûtent entre 100€ et 250€/L. Bon voilà, pas besoin d'épiloguer 10 ans là-dessus, mon huile végétale bio (considérée parmi les plus chères) coûte moins cher que la majorité des crèmes jour ou nuit hydratantes du commerce...

     

    Autres thèmes

    A SUIVRE...

     

     


    votre commentaire
  • Ne sont pas des aliments mais se trouvent partout dedans...

    Conservateurs, colorants, exhausteurs de goût, édulcoranLes additifs alimentairests et j'en passe, ces additifs, qui n'ont rien à voir avec nos besoins  alimentaires à la base, on les retrouve partout aujourd'hui dans nos aliments industriels (gâteaux, jus de fruits, bonbons, plats préparés, yaourts ou desserts, etc...). Comme pour les composants "à risques" dans les cosmétiques, on vous dira qu'ils sont autorisés dans certains pourcentages, et donc théoriquement qu'ils ne sont pas dangereux pour la santé. Enfin, comme pour les cosmétiques, on ne prend ni en compte le risque de stockage dans l'organisme ni la possibilité d'effet cocktail entre plusieurs aliments les contenant. Les pesticides aussi sont autorisés, tout le monde sait très bien qu'ils sont au final nocifs pour la santé car certains résidus se stockent dans notre organisme.

    Enfin passons sur le dossier pesticides, produits cosmétiques et ménagers, ou encore contenants alimentaires...

    Voici un document listant les additifs alimentaires autorisés (en vert), partiellement autorisés (en orange) et interdits (en rouge). Les chiffres indiquent la dangerosité de ces additifs (jusqu'à 6, le plus dangereux) ; vous pourrez voir que dangereux signifie pas forcément interdits...

     

     Enfin bref, si vous ne voulez pas passer 10 ans à faire vos courses, vous le savez déjà peut-être :

    - il faut acheter le moins possible de produits transformés (donc faire-soi-même quand c'est possible)

    - moins il y a de composants dans les ingrédients, meilleur signe c'est...

    - éviter tous les produits avec des E(chiffres)... certains ne sont pas forcément gênants mais beaucoup sont dangereux ou suspects

    - les produits bio sont souvent moins à risques car plus contrôlés et les règles de labels bio sont plus strictes concernant les ingrédients

    - pour le gadget il existe des applications pour mobiles ou tablettes pour décrypter les étiquettes

     

    Bibliographie sur le sujet :

    Les additifs alimentaires

     

     

     

    Lettellier Hélène, Les additifs alimentaires, coll. Petit livre de santé, éditions first, 2013

     

     

     

     

    Les additifs alimentaires

     

     

    Denil Maria, Lannoye Paul, Guide des additifs alimentaires, éd. Frison-Roche, 2004

     

     

     

    Les additifs alimentaires

     

     

     

    Additifs alimentaires, Dossiers de l'environnement, Georg éditeur, 1991

     

     

     

     

    Les additifs alimentaires

     

     

     

    André Marie-Laure, Les additifs alimentaires, éd. Jouvence, 2013

     

     

     

     

    Les additifs alimentaires

     

     

    Gouget Corinne, Additifs alimentaires danger, éd. Chariot d'Or, 2013

     

     

     


    votre commentaire
  • Butyl 4-hydroxybenzoate, formaldéhyde, triethanolamine, etc... ou apprendre à lire le "chimois"

    Difficile d'arriver à comprendre quelque chose quand on regarde la liste des ingrédients de ses produits cosmétiques sans être un expert en chimie... Et quand on voit la quantité de ces composants, on est vite découragé de se lancer dans l'analyse de tout ça.

    On pourrait pourtant se poser trois questions :

    - Quels sont ces ingrédients? Sont-ils nocifs?

    - Quelle en est la quantité dans mon produit?

    - Pourrait-il y avoir un risque d'effet cocktail?

     

    Quels sont ces ingrédients? Sont-ils nocifs?

    Si on n'est pas un ermite et qu'on ne vit pas sans journaux, télé ou internet, on a tous déjà entendu parler des parabens dans les gels douches, des sels d'aluminium dans les déodorants, plus récemment du phénoxyéthanol dans les lingettes pour bébé, ou autres produits de ce genre qui seraient nocifs pour la santé. Un problème supplémentaire est que même en lisant une composition, un paraben peut être caché derrière un nom scientifique, ou un aluminium peut ne pas être nocif.

    Alors comment s'y retrouver dans tout ce charabia?

    Il n'y a pas 36 solutions. Soit on fait des études de chimie et médecine pendant des dizaines d'années, soit on essaye de s'informer un minimum par soi-même. Il existe des publications sur le sujet, par exemple ce livre. Ou, puisque vous êtes en train de me lire, je suppose que vous avez accès à internet, donc pourquoi ne pas utiliser aussi ce moyen? Des dizaines de blogs et sites traitent de ces problèmes, par exemple celui-ci ou celui-là. Mais il existe aussi des sites sur lesquels on peut directement chercher son produit cosmétique et accéder à son évaluation de dangerosité pour la santé. On peut citer par exemple Le flacon ou La vérité sur les cosmétiques. Le flacon est un site participatif qui répertorie 1491 produits de 413 marques totalisant 2658 ingrédients.

    CET ARTICLE aussi résume très bien les différents types d'ingrédients composants un produit cosmétique, dont ceux qu'il faut éviter.

     

    Quelle en est la quantité dans mon produit?

    Normalement, dans la composition, les ingrédients sont notés de la plus grande concentration à la plus petite. Bien sûr, on ne peut pas savoir les pourcentages exacts. Les fabriquants assurent toujours pour les ingrédients à risque qu'ils sont en quantité "autorisée"... Mais ce qui rejoint la question suivante :

      

    Pourrait-il y avoir un risque d'effet cocktail ?

    C'est justement là que réside le soucis. La quantité d'un ingrédient X, règlementaire pour un produit A, pourrait très bien s'ajouter à celle contenue dans un produit B qu'on utilise aussi. De plus, quelle garantie avons-nous que combiné à un ingrédient Y du produit B, cela ne produise pas des effets indésirables dans notre organisme, à court, moyen ou long terme?... Sans oublier, la répétition de l'utilisation du produit et le stockage par notre corps ou non de certains ingrédients.

      

    QUE FAIRE?

    Privilégier les produits bio peut déjà aider à faire un peu de ménage dans tout ça...

    Mais ATTENTION, un produit estampillé bio ne signifie pas qu'on n'y trouvera pas de conservateur nocif (voir aussi cet article sur Le Flacon). Sans parler du "greenwashing" : des marques non bio essayent parfois d'attirer notre attention sur leurs produits avec des coloris verts, des petites fleurs et des slogans type "100% naturel"!

     

    Il existe plusieurs types de labels bio qui peuvent nous aider à faire un peu de tri, dont voici les définitions (issu de l'article de l'AREHN sur la face cachée de cosmétiques) :

     " ECOCERT

    Ecocert est un organisme de contrôle et de certification (pour 80 % des produits biologiques) agréé par l'Institut National de l'Origine et de la Qualité et accrédité par le COFRAC (Comité Français d'Accréditation)) qui exige indépendance, compétence et impartialité.
    Ecocert s’appuie sur un référentiel technique déposé en 2003 auprès du Ministère de l’industrie. Écocert peut certifier le respect de toutes chartes de cosmétiques biologiques, mais on retrouve principalement sa marque sur les produits labellisés Cosmébio et Cosméco. Qualité France est un référentiel proche de Ecocert.

    Le référentiel Ecocert repose sur des principes de base :

    • Favorise l’origine naturelle des matières premières.
    • Favorise l’utilisation des ingrédients issus de l’agriculture biologique.
    • Sans colorant ou parfum de synthèse.   
    • Sans PEG ou PPG.
    • Sans paraben, sans phénoxéthanol.
    • Sans silicone, sans paraffine.
    • Sans OGM.
    • Conditionné avec des emballages réduits et écologiques.
    • Non testé sur les animaux.
    • Transparence et respect de l’information pour les consommateurs.


    COSMEBIO

    Le label français Cosmébio désigne un cosmétique écologique et biologique, contrôlé par une association de fabricants de produits cosmétiques, en association avec Écocert.
    En plus des exigences générales du référentiel Écocert, la charte Cosmébio impose que le produit cosmétique fini soit composé de :
    - 95 %* d'ingrédients naturels ou d'origine naturelle dont 10 % minimum issus de l'agriculture biologique.
    - 5 % d'ingrédients issus de la synthèse sont autorisés
    - 95 % minimum des ingrédients végétaux doivent être certifiés bio.


    COSMEBIO "ECO"

    Label Cosmébio "ECO" pour les produits écologiques : moins exigeant, certifie que 95 %*des ingrédients du produit sont naturels ou d’origine naturelle et qu’au moins 50 % des végétaux de la composition sont issus de l’agriculture biologique et qu’un minimum de 5 % des ingrédients du produit fini sont biologiques.
    *L’eau, ingrédient principal des cosmétiques (entre 50 à 80 %) est comprise dans l’ensemble des ingrédients mais n’est pas certifiable (produit naturel par définition) ce qui signifie qu’un cométique ne contient que 20 à 50 % de produits certifiables.



    LA CHARTE BDIH

    Née en1996, en Allemagne, la charte BDIH est la première en Europe à avoir labellisé les "produits naturels".
    Elle garantit :
    - Sans produits issus de la pétrochimie.
    - Sans colorants ou parfums de synthèse.
    - Sans bases lavantes ou émulsifiants éthoxiliés.
    - Sans irradiation.
    - Sans OGM.
    - Pas d’utilisation de matières premières d'origine animale, sauf issus de l'animal vivant (ex: lanoline).
    - Pas d’utilisation de blanc de baleine ou collagène animal.
    - Aucun test sur les animaux.



    AGRICULTURE BIOLOGIQUE

    Le logo pour l’agriculture biologique en France ou le logo européen pour l’agriculture biologique, propriété du Ministère de l’Agriculture, permettent aux consommateurs d’identifier les produits alimentaires composés d’au moins 95 % d’ingrédients issus de l’agriculture biologique (mettant en œuvre des pratiques agronomiques et d’élevage respectueuses de l’environnement, de l’équilibre naturel et du bien-être animal. Pour les cosmétiques, ce logo est réservé aux huiles essentielles et aux huiles végétales."

     

     


    votre commentaire
  • Les produits chimiques, on en utilise quasiment tous les jours, surtout si on achète des produits ménagers du commerce. Alors avant de vouloir tout mettre à la poubelle, si on regardait déjà l'étiquette pour savoir ce qu'on manipule?

    Peut-être celui-ci nécessite de porter seulement des gants adaptés? ou celui-là un masque?

    Produits chimiques et toxicité        Produits chimiques et toxicité

    Voici quelques documents que publient sur leur site l'INRS (Association loi 1901, sans but lucratif, l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles). Ces documents sont mis à disposition gratuitement dans le cadre d'une utilisation personnelle :

           

    Vous pouvez trouver toutes les informations sur les produits chimiques sur le site de l'INRS (risques pour la santé, conseils de manipulation, pour le conditionnement, etc...). Si vous cherchez des informations sur un produit précis, vous pouvez trouver la fiche toxicologique (format pdf) en entrant son nom dans la recherche : cliquez ICI pour y accéder.

    Quoiqu'il en soit n'oubliez pas! il y a 3 voies de pénétration d'un produit toxique dans l'organisme :

    • la voie digestive (on pense souvent à tort que c'est la seule voie pour s'intoxiquer...)
    • la voie respiratoire
    • la voie cutanée

    Leur action est souvent invisible et peut être même irréversible... (55% des cancers sont d'origine inconnue ; 19% des cancers seraient imputables à la toxicité de la chimie...) 

     Pour finir, une petite "blague" que j'aime bien  :

    Produits chimiques et toxicité

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique